Pagina 1 van 1

Morris LRC.

BerichtGeplaatst: 21 aug 2011, 12:05
door Tandorini
En 1941, la capacité de production du groupe industriel Nuffield, regroupant Morris Motors Ltd, Morris Commercial Cars Ltd et Wolseley Motors Ltd, fut sollicitée par le War Office aux fins d'accroître la production des voitures légères de reconnaissance pour l'armée britannique. La création de nombreuses unités nouvelles et le remplacement du matériel perdu lors de l'evacuation de Dunkerque nécessitaient en effet d'innombrables automitrailleuses pour les unités de reconnaissance, les unités blindées, d'artillerie et du génie. C'est pourquoi en plus des firmes Standard Ltd, Humber Ltd et General Motors Products of Canada Ltd, la collaboration de Morris fut requise pour produire un des modèles de Light Reconnaissance Car (LRC).
Contrairement aux autres contructeurs, Morris présentait un véhicule dont plupart des modèles d'autos blindées, combinait l'avantage d'une excellente Light Reconnaissance Car, 4x2, Morris Mk I, était suspendue par des ressorts à boudin à l'avant et des ressorts à lames à l'arrière. Ses performences en tous terrains étaient relativement limitées par la traction sur deux roues seulement. Les véhicule présentait la particularité de posséder un plancher absolument lisse, tous les organes mécaniques se trouvant protégés à l'intérieur.
Environ 1150 Mark Ifurent produits jusqu'en 1942. Son successeur, le Mark II était semblable extérieurement mais cette version possédait la traction sur les quatres roues, toutes suspendues par des ressorts à lames. Sa mobilité en terrain varié était bien meilleure que celle de son précécesseur. La production du modèle Mark II porta sur environ 1100 exemplaires.
Les LRC Morris présentaient la particularité de placer les trois hommes d'équipage côte à côte. Décalée sur la droite, un petite tourelle à embrasure, de forme octogonale et aux parois légèrement inclinées, était armée d'un fusil mitrailleur Bren servit par un tireur. Le chauffeur était assis au centre et, à sa gauche, le troisième homme assurait le service d'un fusil antichar Boys. Contrairement aux autres types de LRC, le tir de cette arme n'était pas effectué de l'interieur du véhicule, mais par un écoutille percée dans le toit. Le couvercle de cette écoutille était en deux parties pouvant se bloquer verticalement, assurant ainsi une certaine protection des tireurs vers l'avant et vers l'arrière.
L'auto blidée Morris était un engin rapide, silencieux et de silhouette discrète. Elle servit en Europe du Nord dans les unités du reconnaissance du Royal Corps of Engineers et du Royal Air Force Regiment, ainsi que dans les compagnies autonomes du Royal Corps of Engineers. Les unités d'artillerie utilisaient une version spéciale désignée OP (Observation Post) destinée, en observant les tirs d'artillerie à l'abri de la tourelle, à en assurer le repérage.
Morris consacra encore une partie de son activité créatrice à deux prototypes de blindés qui n'eurent cependant pas de suitte. Le premier, baptisé "Glanville Fighter Car" était un véhicule monoplace, armé de deux mitrailleuses fixes disposées à l'avant de l'engin, pointées par la direction donnée à la voiture elle-même et actionnées par le chauffeur. Baptisé "Salamander" et conçu dans le but de remplacer les motocyclettes side-cars armées, le second était un petit engin biplace portant un fusil mitrailleur Bren sous tourelle.
En 1944, la compagnie de génie de la Brigade Piron disposait de deux voitures de ce type pour ses officiers de reconnaissance, les SLt Jean Bastogne et Willy Defense, qui progressaient avec les unités d'avant-garde, afin de reconnaître les travaux à exécuter par le génie: déminages, réfection de pont, de route, etc... Elles furent également utilisées par le Génie divisionnaire après la guerre.